Isabelle GONZALEZ - Orthophoniste

Communiquer malgré l'aphasie : courant pragmatique et classeurs de communication


S0720230110035


L’intérêt pour les dysfonctionnements de la communication remonte à l’antiquité. Il s’est centré sur la description des désordres du langage. A partir du XIXème siècle, il s’est porté sur sa réparation. 

Ce n’est que récemment que la rééducation des handicaps de communication observés dans les pathologies neurologiques acquises s’est ouverte sur la communication, et en particulier sur les conséquences des déficiences aphasiques dans les interactions de la personne malade au sein de son environnement. La prise en compte de l’interlocuteur dans la réadaptation de la communication est très récente. Elle occupe une place centrale mais elle est très peu développée dans les études orthophoniques et les programmes de formation. 

Il s’agit de comprendre et de savoir proposer cette ouverture essentielle sur le travail de l’orthophoniste mais aussi de tout professionnel de la rééducation-réadaptation. Nous rappellerons la Classification Internationale des Déficiences, Incapacités et du Handicap de 1980,  la Classification Internationale du Fonctionnement humain en 2001, puis la loi de 2005. Nous explorerons ensuite l’évolution du travail en équipe qui place aujourd’hui le patient et ses partenaires au centre des projets thérapeutiques. 

Nous aborderons les processus de réparation, les leviers et outils dont dispose le rééducateur dans la réadaptation de la communication. Ces leviers vont permettre de comprendre ce que nous mobilisons dans notre travail de rééducation. 

Nous développerons ensuite l’accompagnement du patient en situation individuelle, des patients en interaction au sein des groupes de communication, du patient et de son partenaire de rééducation, dans le cadre du courant pragmatique et psycho-social que nous décrirons. 

Nous traiterons ensuite les outils de communication, afin de connaître les supports existants, leurs objectifs, les médiateurs sémantiques qu’ils utilisent, leurs avantages et inconvénients. 

Nous entrerons ensuite dans un travail autour de l’image, des classeurs de communication et plus particulièrement nous approfondirons la notion de communication augmentative avec le classeur de communication C.COM. Nous verrons comment cet outil se construit, se personnalise, et sa procédure d’installation auprès d’un aidant familial, ou d’une équipe de rééducation, en cabinet libéral, en EHPAD ou en centre de rééducation. Nous mettrons en pratique la construction d’une planche. A travers la procédure propre au CCOM nous définirons précisément le mode d’emploi de ces outils augmentatifs imagés et le rôle essentiel du partenaire dans la réparation de la communication avec une personne aphasique, sa formation spécifique aux outils imagés de communication.

Nous finirons par la notion d’évaluation de nos pratiques.

 

Tours : 16 et 17 juin 2023

Télécharger
Communiquer malgré l’aphasie - courant p
Document Adobe Acrobat 2.4 MB
Télécharger
inscription - aphasie.pdf
Document Adobe Acrobat 436.4 KB


L’aphasie est une rupture douloureuse de la communication et du lien social. Elle réduit l’image de soi et démunit la personne aphasique comme son entourage. J’ai toujours été passionnée par la reconstruction de voies d’accès vers des échanges fonctionnels et la participation de l’interlocuteur à cette réparation. La construction, la mise en place et l’enseignement du mode d’emploi des outils de communication a été le cœur de mon métier pendant 40 ans. Auprès des patients, de leurs proches aidants et des équipes rééducatives. J’ai imaginé le classeur CCOM, créé un logiciel pour le partager, un mode d’emploi pour le faire fonctionner, et coordonné un PHRC entre 2008 et 2012 pour le valider. 

Nous sommes orthophonistes formées à la rééducation-réadaptation du patient aphasique. Mais comprendre les enjeux autour des outils de communication et ouvrir notre regard orthophonique vers l’implication de l’aidant demandent un éclairage et un entrainement qui passent par une formation spécifique. Transmettre est devenu pour moi une évidence.